Dominique PODESTA

 

Dominique Podesta est senior consultante RH

Sa carrière : profil LinkedIn

Vous pouvez solliciter un rendez-vous avec la conférencière

 
Pascale DYMOWSKI.jpg
 
 

Prochaine(s) conférence(s)

 

Replays

Interview de Dominique PODESTA

 

Comment a commencé votre histoire?

Après les concours, j'ai intégré en 1988 l'ESC Amiens. Cette école de commerce misait sur la Personnalité. Je découvre les Ressources Humaines et je m'y plonge.

Quels en ont été les faits marquants?

 Mon parcours est une histoire de rencontres. Ma première expérience à 21 ans, à la Banque Worms est une rencontre avec une collègue femme incroyable de 30 ans plus âgée qui gérait la mobilité interne : elle m'apprend l'agilité des salariés, la générosité. Au syndicat patronal bancaire l'AFB, j'ai 24 ans j'apprends à travailler : la rigueur, le sens politique, la précision, la souplesse pour persévérer malgré les erreurs.  Mon passage chez DELOITTE me plonge dans l'univers international et je découvre le décalage entre les politiques RH Groupe et la réalité de la mise en œuvre pour les opérationnels. J'aiguise mon leadership et je mesure l'importance des méthodes et des process pour piloter la performance RH. Quand je rejoins Bergerat Monnoyeur, je n'ai pas de chemin tracé. A mon retour de congé maternité pour mon 3ème enfant, j'ai 32 ans, le DG du Groupe Monnoyeur me propose de rejoindre la holding auprès de l'actionnaire : c'est à la fois le début de ma carrière de DRH et la rencontre de cultures étrangères,  d'intérêts divergents, d'évènements difficiles et heureux : j'appréhende la complexité et les enjeux économiques et financiers des actionnaires et des parties prenantes. Le plus beau cadeau -au-delà de mes enfants- m'est donné par le Président Monnoyeur : il me demande un mécénat de compétences. J'invente et je rencontre La Fondation des Apprentis d'Auteuil, nous montons une promotion de jeunes exclus des banlieues d'IDF, de Marseille et de Lyon pour les emmener vers un cursus diplômant pour les recruter : une rencontre avec la vie, une aventure humaine incroyable avec les opérationnels qui rayonnent. Enfin, tous mes partenariats dans le métier RH, les dirigeants avec qui j'ai travaillé, les salariés que j'ai accompagnés, les représentants du personnel, dans les moments compliqués et de développement, sont de très belles rencontres. Elles m'ont enrichie et m'ont amenée à construire mes convictions, ma vision de l'entreprise, de ses responsabilité et à mesurer la complexité de la nature humaine.

Quelle est la vision du monde qui vous anime aujourd’hui?

Mes convictions sont que la vie est unique. Elle est personnelle et professionnelle ; elle est à la fois belle et compliquée et que les individus qui la réussiront seront ceux qui trouveront à la fois la discipline et la force pour s'adapter, choisir ; ouverts aux autres, ils saisiront les rencontres pour appartenir à une communauté citoyenne riche de sa diversité.

L'entreprise de son côté est prise dans une exigence économique que personne ne changera : satisfaire l'actionnaire en générant la richesse économique et financière exigée. Dans un monde qui accélère et qui se transforme, la diversité est une richesse. Je considère donc que les dirigeants qui réussiront seront ceux qui auront compris et accepteront de satisfaire leurs actionnaires avec les salariés et en assumant leur responsabilité sociétale et citoyenne. Ils ont la lourde mission de s'entourer de cadres dirigeants qui incarnent la même vision, qui ont le courage et l'authenticité d'assumer leurs responsabilités et de partager le sens avec les salariés.

Je crois en la liberté de chacun dans  un monde plus riche de diplômes et de compétences. Sans renoncer à ses valeurs, à son éducation, à ses références, toute l'intelligence situationnelle réside dans la capacité à écouter l'autre, à le reconnaitre pour ce qu'il est et à créer la confiance. L'entreprise doit non pas réinventer mais simplement capitaliser sur le bon sens et la simplicité des relations humaines : l'excellence, la réussite de sa vie comme chacun le souhaite implique de l'exigence, de la discipline, du partage, de la souplesse et probablement du renoncement parfois. Mon raison d'être est de favoriser ces possibles.

 

Quel est votre projet et la valeur qu'il apporte à votre communauté?

Mon projet est d'accompagner les dirigeants dans leur transformation RH. Que ce soit les dirigeants d'ETI ou les CEO d'entités de grands groupes ou de start-up, les enjeux de l'attractivité pérenne et de l'agilité sont clés aujourd'hui. Demain, s'ajouteront les enjeux de transformation des métiers et donc de la mobilité des salariés. Mon approche est inédite, par son pragmatisme et par son audace. J'interviens sans outils ni catalogue. J'écoute et je crée du sur-mesure. La communauté des dirigeants, qu'ils soit CEO ou DRH, trouve ainsi un gain de temps, des pistes de travail optimisées , des résultats mesurables. Elle rayonne au service de l'intérêt général et des partie prenantes.

 

Pourriez vous expliquer votre objectif avec Le Campus?

Devenir entrepreneuse exige d'une part de définir son offre et son positionnement marché, d'autre part de rayonner et vendre. Nous avons donc ensemble travaillé sur ces deux enjeux.

 

Qu'avez vous envie de transmettre comme message aux dirigeants qui vont vous écouter via Le Campus?

Je vais leur faire gagner du temps et je vais régler leurs problématiques. Je vais transformer en actions concrètes et pragmatiques leurs enjeux humains. Je n'apporte aucune solution toute faite ; je partage des méthodes et des actions concrètes qui ont démontré leur efficacité.

FrançaisPascal F