Accélérer le développement des collaborateurs avec le digital?

 

Contenu de la conférence

Potentialités et limites

Pièges et bonnes pratiques

Zoom sur les ateliers interactifs à distance

Partage d'expériences

 

Conférencière

Véronique de Corberon

Directrice Générale de The Journeys

Se développer en mettant VRAIMENT en pratique nos apprentissages

Vous pouvez solliciter un rendez-vous avec la conférencière

S’inscrire à la prochaine conférence

Cliquer ici

Permette un développement durable des compétences

Apprendre est facile mais mettre en pratique nos apprentissages est bien plus compliqué. Nous avons tous expérimenté la courbe de désapprentissage à la suite des séminaires de formation où, de retour à notre poste de travail au bout de quelques temps nous oublions ce que nous avons appris. Quand le digital est arrivé, nous avons appris plus vite, mais aussi oublié plus vite. Nous nous sommes souvent noyés sous une tonne d’informations et nous nous sommes démotivés car étant seuls derrière notre ordinateur ceci n’aidant toujours pas à l’exécution. Il existe aujourd’hui des solutions pour que l’apprentissage permette un développement durable des compétences.

Ceci pour des problématiques diverses : que ce soit des problématiques de formation (digitalisation de la formation, développer l’apprenance, apprendre aux équipes RH à former à distance...) ou de manière plus large animation d’équipe ou de projet à distance, accompagnement du changement sur le terrain, évolution de culture, transformation.

Les bonnes pratiques

 

Au-delà de délivrer l’apprentissage :

  • Partager ses apprentissages pour apprendre des autres. En effet, plus le digital dématérialise, plus on a besoin de se reconnecter aux autres, même si c’est plus difficile avec le digital. Je détaillerai au travers d’un exemple comment créer une vraie interaction.

  • Mettre en pratique ses apprentissages « on-the-job » à travers des activités adaptées au poste et à la fonction. Il s’agit, ici, de mettre à disposition un environnement favorable pour l’exécution de l’apprentissage.

  • Séquencer l’apprentissage : Ce processus ne doit pas être effectué une fois, mais doit être séquencé. Les neurosciences confirment que le cerveau, pour changer, doit pratiquer dans la durée.

  • La mise en place de ces différentes pratiques augmente donc la capacité de chacun d’apprendre à apprendre.

  • Développer les compétences requises : au-delà des compétences propres à chaque métier, il faut développer les « 4C » : créativité, esprit critique, communication, collaboration.

Les pièges de la digitalisation

 Nous avons souvent confondu la digitalisation avec l’usage et l’adoption. L’arrivée du digital dans la vie des entreprises nous a fait tomber dans trois pièges différents :

 

  1. Avec le digital nous avons pensé que tout était possible. Il y a eu une mise en place de beaucoup d’outils sans accompagnement du changement des comportements, trop de contenu sans curation, trop d’isolement des apprenants.

  2. Le deuxième piège est les « fausses bonnes » compétences. En effet, nous ne nous posons pas assez la question de savoir quelles sont les compétences prioritaires à développer.

  3. Finalement, il existe un non-respect des courbes de maturité d’adoption du digital et en tant qu’organisation apprenante. Par exemple, les parcours de développement des compétences seront très différents si les managers d’une organisation sont déjà dans une posture de manager coach ou considèrent encore que c’est le rôle des RH développer leurs collaborateurs.

En conclusion, nous avons donc oublié que l’accompagnement du changement était tout aussi important avec l’arrivée du digital.

Exemple 1 : L’optimisation du présentiel en digitalisant une partie

 

Un de mes clients organisait un séminaire et son objectif était d’améliorer l’impact de la formation pour des managers. Le constat était un manque d’interactivité et de mise en pratique de l’apprentissage. Au lieu de traiter le sujet du séminaire sur 1 journée ce qui était très lourd, nous avons scindé le sujet en 3 parties en réservant la 1ère partie en au présentiel. Ceci nous a permis de gagner du temps pour ajouter de l’interactivité et de la mise en pratique. Après le séminaire, les participants avaient un mois pour mettre en pratique ce qu’ils avaient appris sur un problème réel dans leur job.

Ensuite, nous les avons réunis à distance pour partager, apprendre des autres et se remotiver à mettre en pratique. Je fais ici une grande différence entre ce qu’on appelle généralement les « Classes Virtuelles » où il y a peu d’interactivité, une approche « top/down », avec des participants peu acteurs, qui peuvent « être présents sans l’être ». Au contraire, les Ateliers Interactifs à Distance que nous avons organisés reproduisent l’effet « face à face ». L’interactivité est assurée par :

  • une action toutes les trois minutes environ

  • maximum 10 slides par heure, maximum 15 personnes, une durée de 30’ à 2h

  • des activités et ressources inspirées du présentiel : métaplan, photo langage, jeux de rôle, business case.... et surtout travaux en sous-groupe (comme des salles de sous-commission). Dans notre cas, nous partions du témoignage de mise en pratique d’un participant pour initier une discussion et un apprentissage collectif. La fin de l’Atelier délivrait la 2ème partie d’apprentissage du sujet sur lequel ils devaient une fois de plus mettre en pratique « on-the-job ». Chaque mois, nous réalisions le même travail en utilisant et connectant avec les outils digitaux du client.

Le résultat est qu’en 3 mois les participants ont maitrisé leur sujet car ils l’ont confronté entre pairs et ils l’ont expérimenté dans leur environnement de travail.

Deux autres exemples ont été présentés lors de la conférence : animer des équipes projet à distance et accompagner le changement à distance.

En conclusion : « hâte toi lentement »

Ce qu’il faut retenir et mettre en pratique :

  • Connais-toi toi-même : connaitre sa maturité digitale et en tant qu’organisation apprenante afin de définir le bon rythme de digitalisation

  • Apprendre / Partager / Pratiquer

  • Séquencer pour transformer

  • Recréer le lien « dématérialisé » au travers d’Ateliers réellement interactifs à distance