Comment travailler efficacement avec les Anglo-saxons?

 

Contenu de la conférence

Les différences interculturelles - des modèles

France - UK et France - USA. Les manières d'appréhender les affaires

Rôle de la langue dans les négociations

 

Conférencier

Niall Bickersteth

Directeur Général de Atribord & Associés

 

Prochaine conférence en ligne de Niall Bickersteth

(inscriptions gratuites, places limitées)

 
samuel-branch-442129-unsplash.jpg

Se jeter dans les affaires anglo-saxonnes …

Exercer à l’étranger fait souvent rêver, mais une fois face à la réalité, on peut vite perdre en illusions…

Voici quelques conseils pour vous adapter au mieux aux différences culturelles que vous rencontrerez.

 

Si proches et pourtant, si différents

 

Vous le savez certainement : travailler à l’international équivaut à travailler en anglais. Et rapidement, dans une équipe multiculturelle, les différences se ressentent très vite ! Pour cela, de nombreux « gurus » se sont penchés sur la question afin de proposer des méthodes en entreprise.

En effet, comprendre ces différences passe par l’analyse de 3 points :

  • La perception et l’intuition

  • Les droits et les devoirs (soi et société)

  • La décision et la communication

Concrètement qu’est-ce que ça donne? Prenez l’exemple d’un CEO d’un groupe de luxe suisse qui suite à une réorganisation va faire le point avec son équipe de direction européenne. L’allemand reprochera l’absence de concret tandis que le Français dénoncera une totale absence de considération de critères locaux. L’Anglais quant à lui et contrairement aux autres, fera preuve de pragmatisme.

Cette barrière est aussi significative avec les Américains par exemple. Ces derniers ont un rapport au travail très différent du nôtre : ils se définissent par leur profession. Leur travail c’est leur identité et le temps… C’est l’argent ! Chaque moment doit être productif, il n’y a pas de réunion sans objectif. Les pauses déjeuner sont plus courtes qu’en France tout comme les congés. Sachez d’ailleurs que seulement 57% en utilisent l’intégralité chaque année ! Niveau caractère, on peut le comparer à une pêche : doux à l’extérieur et aussi solide qu’un noyau en profondeur. Point positif, les écrivains sont bien moins que les Français à la recherche du conflit ou du débat, ils préfèrent mettre en avant les bonnes choses.

 

Méfiez-vous de la communication indirecte!

 

Les Anglais ne sont peut-être pas si éloignés de nous, la barrière culturelle existe pourtant et entraîne quelques pièges ! La communication anglaise possède ses propres énigmes, il est donc recommandé d’en connaître les plus grands secrets.

Alors connaissez-vous vraiment vos faux-amis? Si je vous dis « I suggest » qu’entendez-vous ? « Faites comme vous voulez » ? Détrompez-vous, cette expression est un ordre : faites-le ! Un autre exemple… si l’on vous dit « very interesting » ? Méfiez-vous, au risque de vous décevoir, pour un anglais c’est (très) loin d’être un compliment ! Une dernière et pas négligeable… « I’m sure it’s quite my fault » signifie en fait… que c’est de votre faute ! Les contradictions sont nombreuses… Voilà quelques clés qui vous aideront à réussir votre entrée dans le monde des affaires anglo-saxon.

 

Soyez fair-play!

 

Vous l’aurez compris, se jeter dans les affaires anglo-saxonnes est loin d’être facile : cela ne s’improvise pas! Pour travailler à l’international, il est important de connaître toutes les règles implicites que l’on ne vous dira pas une fois mises en situation. Et il sera encore plus compliqué de revenir en arrière! Armez-vous d’un accompagnement personnalisé pour faire bonne impression avant de vous lancer, vos rapports professionnels y gagneront beaucoup !