Les écrits restent... Et ils parlent !!!

Les écrits professionnels: un enjeu personnel autant qu'une stratégie d'entreprise.

Dictée éclair : les erreurs les plus courantes. Correction éclair et décryptage.

Améliorer les écrits de ses collaborateurs: un investissement modéré et productif autant qu'une démarche responsable.

 

Conférencier

Jean-Renaud Plas

Orthographe et Grammaire Françaises

Vous pouvez solliciter un rendez-vous avec le conférencier.

 
write.jpeg

"Les écrits professionnels, un enjeu personnel autant qu'une stratégie d'entreprise."

Dans le monde du travail, commettre des fautes de grammaire, de conjugaison ou d'accord ne devrait en rien être synonyme d'incompétence ou de manque de professionnalisme. Et pourtant !!! Aussi subjectif soit-il, l'amalgame existe bel et bien. La dégradation constatée ces dernières années n'est en rien imputable aux fautifs, ni à la pratique assidue des messages SMS rédigés en phonétique. Le système éducatif et scolaire en est en grande partie responsable, les programmes pédagogiques faisant de moins en moins de place à cette discipline. D'où les écarts intergénérationnels avérés. L'orthographe est moins maîtrisée par les jeunes diplômés et les quadragénaires, que par les seniors en poste et leurs aînés retraités. Ce n'est nullement une critique ou un jugement, c'est un fait. Le français n'est d'ailleurs pas la seule langue impactée, puisque le même phénomène est constaté chez nos voisins anglo-saxons.

Certaines universités, grandes écoles de commerce et d'ingénieur ont d'ores et déjà pris le problème en considération, et intégré des modules de formation dans le cursus des étudiants.
 

L'avènement de la communication audiovisuelle et du numérique n'a en rien éclipsé la nécessité d'échanger par écrit, dans la vie personnelle et sociale (courriels, SMS, réseaux sociaux), comme dans la vie professionnelle (CV, courriels, rédaction ou réponse à cahiers des charges, offres de services documentées, élaboration de brochures commerciales, pages Web, rapports d'activité, comptes-rendus, courriers clientèle, présentations en public, etc.). En entreprise, la perception du lecteur est souvent affectée par des erreurs relevées dans les communications écrites qu'il reçoit. Conséquences induites:

·        C'est dévalorisant pour l'émetteur si l'échange reste interne. C'est potentiellement un facteur de perte de confiance en soi, voire de mésestime de soi ("je suis nul") et de stress : le salarié doit faire relire et corriger ses écrits par ses collègues. Et ce peut être un frein ou un ralentisseur de carrière pour un collaborateur par ailleurs performant dans sa fonction.

·        C'est dommageable pour l'entreprise si la communication est externe (courrier client, offre commerciale, page Web, publicité, etc.). Ce peut être un frein ou un ralentisseur d'activité pour une entreprise au demeurant compétitive. Une étude conduite en 2011 par une société britannique a démontré qu'une seule faute d'orthographe pouvait diminuer de 50% le chiffre d'affaires d'un site de e-commerce... Mettons-nous quelques instants à la place du prospect ou du client sensible à l'orthographe. S'il constate un peu de laxisme quand il s’agit de communication écrite,  à quel genre de laisser-aller doit-il s’attendre en ce qui concerne une prestation qui suppose rigueur et exigence? De quoi le refroidir au moment de passer une commande ou de convenir d'un engagement.

Individuels ou collectifs, les dommages collatéraux existent. Pour l'entreprise, il est assez difficile d'estimer avec précision les coûts liés à l'impact négatif des fautes d'orthographe. Au mieux sait-on qu'ils sont évalués à plusieurs millions d'euros par an. De quoi ne plus considérer le problème comme secondaire.