TPE / PME – Comment booster la croissance de son entreprise ?

 

Contenu de la conférence

Comment lever les freins pour accélérer ?

Comment choisir la bonne stratégie de financement ?

  • Solutions et retour d’expériences

  • Témoignages de dirigeants de TPE / PME

 

Conférencier

François-Xavier Jeanteur

Association les cercles du mentorat (ACM)


 

Prochaine conférence en ligne de François-Xavier Jeanteur

(inscriptions gratuites, places limitées)

 
arrows-1915356_1920.png

Lever les freins à la croissance pour pouvoir accélérer

En France, 97% des entreprises ont moins de 20 salariés.

Les TPE (Très Petites Entreprises) sont le cœur de notre économie et même si « small is beautiful », « small » n’en demeure pas moins très fragile. D’ailleurs, depuis quelques années, l’ensemble des acteurs se demandent comment faire grandir les entreprises.

 

Lever les freins à la croissance pour pouvoir accélérer


Commençons par le commencement. Au début, l’entreprise connaît dans sa phase de création une croissance souvent forte ou régulière. Or, au bout de 2, 3 ans voir même 5 ans pour certaines, l’entreprise atteint un palier qu’elle ne parvient pas à franchir. Bien sûr, selon les secteurs d’activités, le niveau de ce palier est différent. Cependant, la plupart du temps, le premier obstacle se trouve au franchissement du million d’euros. Ensuite, le franchissement des 5 millions, représente souvent un nouveau plafond de verre.

Des interrogations se posent : Comment franchir ces caps difficiles ? Quels sont les problèmes qui empêchent les entreprises de franchir ces caps ?

Le premier frein à la croissance est oh ! Surprise, l’entrepreneur lui-même ! Dans beaucoup de cas, les dirigeants d’entreprises ont tendance à dire qu’ils n’ont pas les financements, qu’ils ont des problèmes de stratégie, de RH, de développement commercial ...

Le problème le plus récurrent est, selon eux, de Trouver des financements, de faire une levée de fonds.

Or, quand on travaille avec eux, on s’aperçoit que le premier frein à la croissance de l’entreprise est le dirigeant lui-même. Pourquoi ? Parce que ses propres interrogations le pétrifient et sont les véritables freins à la croissance de l’entreprise. Le dirigeant se noie sous ses interrogations (est-ce que je prends la bonne décision ? Qu’est-ce que je dois faire ? Comment choisir la bonne stratégie de financement ?), et ne parvient plus à avancer et à faire avancer son entreprise.  

Ce dernier, n’en doutez pas, a les réponses en lui-même, mais il est tellement bloqué par ses doutes, qu’il est, en quelques sorte, paralysé. Ses doutes le ralentissent et parfois même l’inhibent sur certaines décisions, l’empêchant de passer ce cap.

Croître est source de problèmes. Croître, surtout en cas de croissance rapide, peut mettre en danger l’entreprise par le biais de son BFR qui augmente beaucoup ou encore par la structuration qui doit être ajustée. Cependant, le vrai gros danger pour une entreprise est de ne pas arriver à croître, et ainsi d’effacer toute perspective de croissance. C’est ici que les doutes entrent en jeu et que les chefs d’entreprise ne se rendent pas compte qu’ils sont les vrais freins. Ils essayent d’appuyer sur l’accélérateur en se disant « je mets tout en œuvre pour grandir », et en même temps, ils ne comprennent pas qu’ils sont debout sur le frein. Ils freinent l’entreprise par des erreurs dans la structuration de l’entreprise, par une incapacité handicapante à déléguer ou le fait de ne pas déléguer les bonnes tâches ou encore par l’absence d’outils de pilotage adaptés.



Le Mentorat : Pourquoi se faire accompagner ?


Pour faire face à ces problématiques ainsi qu’à la solitude du chef d’entreprise face à ses décisions, il existe une solution très simple : se faire accompagner. Plusieurs dispositifs d’accompagnement existent, certains mieux adaptés à certaines périodes et à certaines personnes.

La solitude, premier danger. Il faut apprendre à rompre la solitude. Même quand on est un groupe, une solitude certaine peut s’installer au sein de l’équipe d’associés face à la prise de décisions. Une étude d’Harmonie Mutuelle montre d’ailleurs qu’1 dirigeant sur 10 est en état d’épuisement, et ce, surtout dans les TPE et PME. C’est simple à comprendre, le dirigeant se sent seul face aux décisions et il ne sait pas si ce sont les bonnes ou non, il se sent perdu et déstabilisé, il ne peut pas avancer.

Les dispositifs d’accompagnement. Pour les entreprises en phase de création, des dispositifs très efficaces existent. Il s’agit de dispositifs d’accompagnement tels que les réseaux Entreprendre ou  Initiative. Les boutiques de gestion sont aussi très intéressantes lorsque l’on se trouve en phase de pré-création, proposant un accompagnement plus technique, et répondant aux questions « comment je fais pour créer mon entreprise ? », « comment je fais pour choisir le statut qui va bien ? », « comment je fais mon premier Business Plan ? ». Mais, pour les entreprises qui ont déjà une activité, qui veulent se développer et franchir des caps de croissance, il existe très peu de dispositifs. On en retrouve un sur la région parisienne, et un autre dans le sud de la France (Occitanie, région PACA, région Lyonnaise). Ce dernier s’appelle les Cercles du Mentorat.

Les Cercles du Mentorat. Le principe ?

Faire accompagner un entrepreneur dans la phase de croissance de son entreprise par un autre entrepreneur qui a connu la croissance et qui a développé son entreprise à un niveau plus élevé. Le mentor va prendre le temps d’accompagner le dirigeant d’entreprise pendant une durée de 18 mois, avec des rencontres mensuelles. Le but principal : rompre cette solitude du dirigeant, lui permettre de lever la tête du guidon, d’avoir un retour de la part d’un entrepreneur qui est passé par là pour lui donner des conseils et l’aider à évoluer dans son questionnement. 

Témoignage d’un mentoré. David Boudier, gérant de société BACHUP Services, spécialiste dans la communication extérieure pour le point de vente, basée à Nîmes, a été accompagné par un mentor (Yvan Zaouche). L’entreprise faisait à peu près plus d’un million d’euros de chiffre d’affaires, et le dirigeant se posait beaucoup de questions sur comment développer son entreprise et se demandait en permanence s’il allait dans la bonne direction. Le dispositif de mentorat lui a donc permis d’avancer plus vite, en le mettant en contact avec quelqu’un qui lui a montré ses outils, les pièges à éviter et qui lui a permis de voir différemment la notion de prise de risque, de prise de décision et de management. Il a donc pu penser son développement de manière plus rapide et plus sereine, avec moins de stress. Le mentorat a donc été comme une « pause », un moment de « relâche », « un moment où l’on dévoile ses faiblesses », « un retour sur ce qu’on peut être et sur les points à améliorer ».

En ce qui concerne le financement de la croissance, de nombreux entrepreneurs ont une envie irréfrénée de faire des levées des fonds. Le mentorat leur permet d’avoir le retour de quelqu’un qui a lui aussi pratiqué des levées de fonds, sur le meilleur moment de les faire, sur les outils à disposition pour les faire, sur la préparation pour faire son speech, etc.

Chaque mentor est légitime, car il est passé par là. Il a cette expérience qui vous manque, et il veut vous la partager. C’est un entrepreneur qui a fait franchir une phase de forte croissance à son entreprise. Il vous comprend et comprend votre situation. Il a réussi sa croissance, et fait désormais entre 20 et 300 millions de chiffre d’affaires en moyenne.

Si on apprend beaucoup de ses propres échecs, on apprend aussi beaucoup des échecs des autres, et on n’est pas obligé de faire les mêmes erreurs pour avancer.

 

Conclusion : Demain et ensemble, vers la croissance de votre entreprise


N’ayez pas peur de voire plus grand, d’envisager un avenir en XXL pour votre entreprise, et n’ayez pas honte de vous faire accompagner et de demander de l’aide.

Peu importe l’activité du mentor et du mentoré, les problématiques sont souvent les mêmes dans les entreprises. Un Mentor vous aidera donc à réfléchir, à prendre du recul, à vous poser les bonnes questions, et à trouver les bonnes réponses.