Masterclass "Compte Personnel de Formation en Anglais"

 

Contenu du cycle de conférences

  1. CPF, bonne ou mauvaise réforme en matière d’accès aux financements des formations d’anglais ?

  2. CPF, mieux ou moins bien que le DIF pour se former en anglais ?

  3. CPF, nouvelle cartographie des financeurs depuis le 1 er avril 2019

  4. Se former ou former ses collaborateurs en anglais, enjeux et financements !

  5. 60% des formations professionnelles choisies sont dans les domaines

    linguistiques, pourquoi et comment 

  6. OPCA, OPCO, Caisse des dépôts, acteurs incontournables des financements de formations linguistiques !

 

Conférencier

Pierre-François Petrignani

Président de Educastream

Prochaine conférence

Jeudi 13 Juin

11:30 - 12:00 Heure de Paris

 
Reforme-CPF.jpg

Pourquoi ce cycle de formation ?

Interview de P. Petrignani

Vers une révolution du CPF ?

 

Pour mieux répondre à l’objectif du projet de loi de la formation professionnelle, « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », le CPF s’apprête à être monétisé d’ici l’année 2019.

 

Un CPF monétisé

C’est sans aucun doute le changement le plus important que va connaître le CPF via la réforme de la formation professionnelle : sa monétisation. Jusqu’à maintenant, tout salarié cumulait des heures, jusqu’à 24 heures pour ceux à temps plein. Non utilisées, ces heures donnaient lieu parfois à des compteurs s’élevant à 150 heures de formations. Ce quota d’heures va se convertir en 2019 en euros et donnera alors au salarié un montant précis qui pourra être abondé par l’employeur et le salarié.

Cette transition ne pourra se faire en quelques jours, il est toutefois conseillé aux salariés de profiter avant 2019 des offres de formation actuelles, ces dernières risquant de perdre sur le plan qualitatif. En effet, heure et euro ne se valeront pas dans cette réforme et entraîneront une baisse de la valeur d’une heure de formation. Aujourd’hui à 37€, elle sera revue à 14 €.

 

Un meilleur accès à la formation et à l’information

En vue de faciliter la liberté de choix de son avenir professionnel, le gouvernement va développer une application qui centralisera toutes les propositions de formations et/ ou organismes de formation référencés. Pour les formations d’ores et déjà référencées par le célèbre DataDock, aucune inquiétude, rien ne change sur ce point. Pour d’autres n’ayant pas encore tenté la démarche, c’est un tout nouveau point de départ.

Ainsi, chaque titulaire pourra accéder au montant de ses droits sur son compte ainsi qu’à des informations sur les formations éligibles. En dématérialisant ce service, l’application permet alors de ne pas mobiliser d’intermédiaire et d’avoir plus de lisibilité sur ce qu’il est possible de faire ou non. C’est aussi un moyen de pousser à l’initiative individuelle concernant la formation, une démarche pas toujours facile aujourd’hui tant diverses informations fusent de part et d’autre.

 

Vers plus de digitalisation des méthodes de formation, l’anglais à l’honneur !

Tout comme l’initiative du gouvernement qui pousse sa volonté de simplifier l’accès à la formation professionnelle, aller vers de nouveaux modes de formation plus accessible est nécessaire, encore plus dans un contexte de transformation digitale. Les nouvelles technologies permettent une transmission efficace à tout moment, tout endroit, pourquoi ne pas aller vers des visioconférences par exemple et à fortiori vers l’apprentissage de l’anglais en immersion distancielle avec un enseignant natif en direct de Londres ou de washington ?